Cette vidéo fait partie d’une série de 12 cartes animées.

Voir série : Les croisades

S’abonner
Dossier : Les croisades
Un exemple de carte animée

Un conflit complexe plus qu’un choc de civilisation

Cette carte fait partie d’un ensemble de 12 cartes animées portant sur Les croisades


À l’arrivée des croisés le paysage politique du Proche-Orient est extrêmement complexe. La région est morcelée en émirats, souvent à l’échelle d’une ville et de son territoire, telles les principautés de Damas,  d’Antioche,  de Tripoli ou d’Alep. Les émirs reconnaissent officiellement la tutelle d'un calife, celui de Bagdad ou celui du Caire, mais en réalité gouvernent d'une manière largement autonome.

Ces divisions politiques se doublent de divisions ethniques : on trouve des émirs arabes et des émirs turcs arrivés depuis le milieu du 11ème siècle et récemment convertis à l'islam. Les deux identités s'opposent parfois violemment. On trouve également une autre ligne de fracture entre Turcs et Kurdes : les seconds, dont fait partie Saladin, sont islamisés et arabisés mais ne sont pas arabes.

Les divisions sont également religieuses :

Du côté de l’islam, les oppositions sont fortes entre shiites et sunnites : les Abbassides de Bagdad et la quasi-totalité des émirs turcs sont sunnites, tandis que la dynastie fatimide au Caire est shiite.

Dans la région à cette époque les Chrétiens sont encore majoritaires, mais eux aussi sont divers : on trouve en effet des Coptes, des Melkites, des Jacobites, des Maronites, des Nestoriens, des Arméniens.

De nombreuses communautés juives, sont également présentes dans des villes comme Jérusalem, Le Caire, Damas ou Acre. Ces communautés sont dynamiques sur les plans économique ou culturel, notamment grâce à leurs liens avec les communautés juives du Maghreb ou d’Occident.

Les croisés sont tous catholiques, mais ils ne forment pas un bloc uni pour autant. Durant la première croisade, les Provençaux et les Normands se heurtent à plusieurs reprises. Dans les premières années du 12ème siècle, Normands et Allemands rivalisent pour la couronne de Jérusalem. Les Italiens des cités marchandes comme Pise, Gênes ou Venise sont fréquemment accusés de privilégier leurs intérêts commerciaux.

Rapidement, les croisés qui restent en Orient s’éloignent de la radicalité de la croisade prêchée en Europe et mettent en place des alliances ou des ententes avec les musulmans.

-En 1109, par exemple, Tancrède, régent d'Antioche, s'allie avec le prince Ridwân d'Alep pour combattre le prince Djawali de Mossoul ; celui-ci fait alors appel au seigneur Baudouin d'Edesse... Dans les deux camps on trouve donc des chevaliers francs luttant aux côtés de musulmans.

-Avant la deuxième croisade l’émir de Damas s’est allié avec le royaume latin de Jérusalem pour faire face à la menace des musulmans d’Alep.

-Lors de la troisième croisade, Saladin et Richard cœur de Lion à la recherche d’un accord de paix envisagent un temps de marier le frère du premier à la sœur du second mais ce projet tourne rapidement court.

Par la suite, cette capacité d’entente avec l’adversaire est illustrée par Frédéric II du Saint-Empire qui négocie en 1229 le retour de Jérusalem dans le giron chrétien sans avoir besoin de combattre. : Loin d’être acclamé pour avoir récupéré la Ville Sainte, il sera très critiqué en Occident, tant il est considéré comme inadmissible de ne pas faire la guerre sainte.

À l'échelle individuelle, les sources, comme la belle autobiographie du prince syrien Usama ibn Munqidh, mettent en évidence des histoires d'amitié, d'amour, de respect mutuel entre Latins, Turcs, Arabes, Arméniens. Dans un Orient décidément pluriel, les guerres permanentes n'empêchent pas le franchissement des frontières religieuses ou politiques.